Philippe Babielle

Conseil & Accompagnement de la Santé Naturelle

> Conférence
 "Prenons soin
de nous"

- ONFOC TROYES
  03/06/16

 

- Atelier

 

- Stage

 

> Newsletters

- News

 

RAPPEL Ateliers
en cours

Entretien

du corps

Alimentation

consciente

Intelligence émotionnelle

Epanouissement

Bien-être

Respect des besoins

fondamentaux

C’est une étape décisive. Elle va montrer les possibles de la guérison et les critères indispensables au choix du traitement. De quelle façon la personne est-elle prête à se soigner ? Comment peut-on se tromper d’objectif sur notre guérison ? (décrire différents exemples) Derrière une demande primaire du patient se cache le plus souvent d’autres besoins, non exprimés consciemment ou inconsciemment. M. M. consulte pour une douleur au genou. Résistante aux médicaments et aux séances de kinésithérapie, elle est soulagée par son ostéopathe mais revient à l’occasion. L’anamnèse nous apprend que ce businessman ne s’occupe jamais de lui, pris à 100% par son travail et son entourage. L’objectif n’est pas de soulager le genou de la douleur mais de changer son comportement quotidien en intégrant un moment pour qu’il s’occupe de lui. Retissant au début, il a accepté de faire cet effort et n’a plus jamais souffert de son genou. Melle T. est obèse, les régimes lui font perdre du poids mais après quelques mois elle regrossit. A 40 ans elle souffre d’une vie sentimentale très pauvre, elle est persuadée qu’elle ne peut plaire à personne. L’objectif n’est pas de perdre du poids mais de réussir à se plaire à elle-même, malgré son physique, pour ouvrir les possibles d’une relation à l’autre et ce, avant d’essayer de perdre du poids. Ce fut un travail difficile, mais l’objectif atteint, la perte de poids durable ne posa aucun problème. Les résistances au processus de guérison viennent également d’une mauvaise identification des possibilités de la personne. Son engagement sur le chemin du mieux-être nécessite toujours des changements de comportement, mais pour cela il faut être prêt, c’est le moment ou pas, ce n’est pas possible pour l’instant. Il faut donc adapter la méthode en ne s’intéressant qu’à ce qui est possible maintenant. Mme L. doit changer son comportement alimentaire pour l’ajuster à son terrain inflammatoire dans le cadre d’une maladie auto-immune, elle est d’accord sur toutes les propositions, tant sa motivation de ne plus souffrir est grande. Mais au bout de quelques jours elle s’aperçoit que sa vie sociale ne lui permet pas de tout changer pour respecter les préconisations. Prête à abandonner la méthode, elle accepte finalement de choisir de ne s’intéresser uniquement qu’à ce qu’elle peut respecter facilement et au fil des semaines, elle constate que les items impossibles à respecter au début, deviennent possibles. Ce choix lui permit d’améliorer la qualité de ses tissus et de favoriser son processus de guérison. Le projet thérapeutique doit être bien expliqué par le thérapeute et validé par le patient car ils forment une équipe qui doit collaborer étroitement pour espérer la réussite de leur projet. Il arrive souvent que les objectifs fixés au début s’avèrent trop ambitieux, que les résistances au processus soient trop importantes, il convient donc, d’une part, de bien identifier et de traiter ces résistances, et d’autre part de fixer, parfois à chaque séance des objectifs intermédiaires.

Anamnèse, bilan    Choix thérapeutique    Protocole de la séance