Philippe Babielle

Conseil & Accompagnement de la Santé Naturelle

> Conférence
 "Prenons soin
de nous"

- ONFOC TROYES
  03/06/16

 

- Atelier

 

- Stage

 

> Newsletters

- News

 

RAPPEL Ateliers
en cours

Entretien

du corps

Alimentation

consciente

Intelligence émotionnelle

Epanouissement

Bien-être

Respect des besoins

fondamentaux

Les techniques utilisées

L’ostéopathie

 

L’ostéopathie

 

L’ostéopathie est une médecine holistique, qui soigne une personne et pas seulement une maladie. Comme l’homéopathie ou l’acuponcture,  tous les paramètres de l’histoire au fonctionnement du patient sont étudiés et pris en compte, ainsi que son comportement et son hygiène de vie. L’ostéopathie est une médecine manuelle, les mains soignent mais surtout elles écoutent et perçoivent les messages des tissus superficiels et profonds. Ces messages informent de l’état du corps et de son histoire. Plus la palpation est fine, plus l’information est précise et riche. Chaque évènement dont le corps a souffert (un traumatisme physique mais également les conséquences physiques ou viscérales d’une forte émotion) a laissé sa trace dans le tissu humain qui grâce à son pouvoir d’adaptation extraordinaire peut continuer à fonctionner normalement, mais révèle son message de différentes façons au fil des années lorsqu’on sait l’«écouter». L’étude holistique et palpatoire du patient rassemble suffisamment d’informations pour révéler précisément son état actuel et le «terrain» à traiter.  La main écoute et la main soigne, elle harmonise les tissus, elle équilibre les fluides et la respiration primaire liée aux mouvements du liquide céphalo-rachidien. C’est ainsi qu’un touché infiniment léger au niveau des os du crâne et du sacrum va libérer des blocages profondément installés dans les tissus. Ce même touché sur le ventre  va libérer les tensions viscérales, apaiser cette sphère si importante dans les premières années de la vie. Comme le montre leur bilan différentiel ostéopathique, nos jeunes patients présentent tous des désordres de leur fonction ostéo-articulaire : Vincent présente un appareil cervical très tendu localisé sur l’atlas, C5C6 et C7. Marie a des tensions importantes sur l’éthmoïde, le frontal, le temporal gauche, l’ATM gauche, l’atlas et l’occiput, et le sacrum, C7gauche, D123droit. Louise a le sacrum et la sacro-iliaque gauche particulièrement spasmés. Tim  présente de nombreuses tensions au niveau du crâne et des cervicales. Le point commun de tous ces enfants se situe au niveau viscéral puisqu’ils présentent tous un intestin grêle sensible et de nombreuses  tensions viscérales.

La Restauration somato-psychique

La Restauration somato-psychique permet à l’ostéopathe d’ouvrir un chemin d’accès aux immenses espaces des mécanismes  psychosomatiques. André Perceval, fondateur de cette méthode, nous invite à «mettre des mots sur les maux». Ainsi la palpation précise et subtile des vibrations émises par le corps nous guide vers les schémas émotionnels perturbés, responsables de façon plus ou moins directe, de dysfonctionnements physiologiques par les mécanismes psychosomatiques. La RSP offre au thérapeute une grille de lecture tridimensionnelle (corps physique-organe, mental, émotions) qu’il applique sur ses observations palpatoires. Selon Perceval soixante dix pour cent de nos maux sont d’origine émotionnelle, il s’agit de signaux que le mental nous envoie. Outre un outil de compréhension, la RSP permet une prise de conscience et incite le patient à l’acceptation qui déclenche dans son corps les mécanismes physiologiques d’autoguérison.

Marie, pour sa part, présente un schéma vibratoire en relation avec  la non-expression d’une colère profonde.

Julie est en carence affective et en demande de reconnaissance. Il convient de préciser tout de suite que ces schémas émotionnels sont des croyances, ancrées dans la psychée de l’enfant lors de situations, évènements de sa vie depuis sa naissance et probablement même pendant sa vie intra-utérine.

Le schéma chez Louise était une frustration de ne pas pouvoir s’extérioriser, puis une peur de ne pas être appréciée, reconnue.

Chez Vincent, la RSP fait remonter d’abord une peur de ne pas être aimé, puis une culpabilité d’une rupture affective

En ce qui concerne le petit Tim, il se reproche de ne pas savoir se faire apprécier.

Il convient de préciser tout de suite que ces schémas émotionnels sont des croyances, ancrées dans la psychée de l’enfant lors de situations, évènements de sa vie depuis sa naissance et probablement même pendant sa vie intra-utérine. Comme l’explique C. G. Jung, ces croyances sont des projections de l’environnement proche, parents, famille sur la personne. Ces croyances finissent par devenir des cuirasses dont l’individu se couvre successivement tout au long de sa construction. Entre la croyance et le symptôme, il y a tout le cheminement psychosomatique, qui peut être long.

 

La Restauration Somato-psychique

  • L’état désiré.

    Nous souhaitons tous que nos enfants soient en bonne santé, ne souffrent pas, soient ouverts, joyeux, attentifs et puissent avoir de bons résultats à l’école : en un mot, nous désirons qu’ils soient heureux et épanouis. Mais la vie se charge de mettre sur leur route des difficultés qui les confrontent dés leur plus jeune âge aux notions de douleurs, maladie, souffrance, désadaptation relationnelle. Même si nous savons tous que c’est de cette façon qu’un être humain se construit, devient plus résistant et plus adaptable à son environnement, nous savons également que chaque  symptôme est un message du corps qui exprime sa demande qu’il faut comprendre pour mieux se connaître. A.T.Still, le fondateur de l’ostéopathie disait qu’« il est nécessaire de décrypter le sens des maux pour répondre aux besoins du corps. »

     

  • Pourquoi les médecins nous adressent-t-ils leurs petits patients ?

    L’ostéopathie est reconnue depuis plusieurs années mais souffre encore d’une méconnaissance du publique par manque d’information et une mauvaise intégration dans la filière médicale. Néanmoins, de plus en plus de médecins se tournent vers ces spécialistes car ils reconnaissent leurs compétences et leur efficacité. Ils choisissent donc l’ostéopathie pour aider leurs jeunes patients. La plupart des patients cités ici ont été adressés par leur médecin traitant.